Le bruit alimente notre quotidien. Toutefois, le seuil de tolérance des uns n’est pas celui des autres. Pour une cohabitation harmonieuse entre voisins, un peu de bon sens et de civisme règle beaucoup de conflits.

 

Bruits de bricolage ou de jardinage :

Tolérance les jours ouvrables de 8 h 30 à 12 h 00 et de 14 h 30 à 19 h 30 et le samedi de 9 h 00 à 12 h 00 et de 15 h 00 à 19 h 00. Aucune tolérance le dimanche (article 6 arrêté préfectoral du 5 décembre 2006 et arrêté municipal en date du 23 juin 1993).

 

Aboiements de chiens :

Un chien « s’élève » comme une enfant et le fait de l’exciter ou de ne pas le retenir en cas d’aboiements intempestifs peut être puni d’une contravention de 3e classe (art R623.3 du code pénal).

 

Batailles de chats non identifiées :

Le Maire peut à la demande d’une association de protection des animaux faire procéder à la capture des chats non identifiés vivants en groupe dans les lieux publics afin de les stériliser et les identifier (article L 211.27 et 214.5 du code rural).

 

Bruits de chantier :

Ils sont soumis à l’article R48-3 du code de la santé publique et doivent :
- Respecter des conditions d’utilisations ou d’exploitation des matériels,
- Prendre des précautions pour limiter le bruit,
- Avoir un comportement qui ne soit par anormalement bruyant. Si ce sont les horaires du chantier qui apportent des nuisances, contacter la nuit et le week-end, la gendarmerie (art 1336.10 du code de la santé publique).

 

Dans tous les cas la meilleure des philosophies à adopter avant d’entamer toutes procédures c’est le dialogue, la négociation à l’amiable entre voisins. Respect, politesse et civilité à nous de jouer.