We will never forget


70ème anniversaire du débarquement en Normandie

Commémorations du 8 août 2014

Retour sur les événements du 70ème anniversaire de la Bataille de Normandie
Ces journées spéciales font partie des événements labelisés par la Région Basse-Normandie et sont inscrites au programme officiel. Nous remercions donc chaleureusement la Région, le Département du Calvados et Plaine Sud pour leur soutien et leur aide, ainsi que M. Le Député M. Alain Tourret pour son aide financière (plaque commémorative).
 
Cérémonies en présence des vétérans anglais du 1st NorthamptonShire Yeomanry et de la délégation anglaise.
 
Vendredi 8 août - Cérémonies de 10h30 à 14h00.
Samedi 9 août - 10h30 - Marche commémorative. Ranvile - Banneville la Campagne - Bourguebus/Tilly et "Le Petit Ravin".
Dimanche 10 août - 11h00 - Cérémonie au cimetière militaire de Cintheaux.
 
> Plaque commémorative
Une toute nouvelle plaque commémorative sera installée au Bosquet des Libérateurs afin d’honorer la mémoire des soldats du North. morts au combat pour délivrer Saint Aignan. La rue du Bosquet sera baptisée pour l’occasion : Rue du 1st NorthamptonShire Yeomanry.
 
> Expo photo "hommage"
Avec la participation de José Pires Diaz et Pierre Marie du Club Images. Archives et photos contemporaines des lieux où se sont déroulés de terribles affrontements.
 
> La "Marche commémorative"
Ken TOUT, tankiste, commandant et artilleur au Northamptonshire Yeomanry, a inscrit à son rapport d’activité, un programme visant à célébrer dignement cette commémoration par un parcours en bus sur les traces des batailles de la libération. Un documentaire portant sur les témoignages des vétérans et des Normands est en préparation pour le 71ème.

65ème anniversaire du débarquement en Normandie

Discours officiel du Maire de Saint Aignan de Cramesnil

On the left (gauche) : Mr John Bower, Mr Bernard Weston, Mr Franck Howell.
On the right (droite) : Mr Bob Meadwell, Mr Ray Ager, Mr John Howell, Mr Sidney Jones and Mr Bill hornsey.


Le 8 août 1944, notre commune de Saint Aignan de Cramesnil était délivrée du joug de son envahisseur allemand. 

Aujourd’hui pour commémorer cette date, qui était peut-être le jour le plus long de notre Histoire mais encore plus longue aura été la préparation d'un tel stratagème. Avant que ce débarquement ne puisse avoir lieu et ne puisse mener à une victoire, il aura fallu beaucoup de réflexion, beaucoup de courage et aussi beaucoup de sacrifices.

La France ne pouvait seule se défaire de son ennemi mais, elle n'est pas restée passive et a également mobilisé sous la voix fédératrice du Général De Gaulle toutes ses forces vives au sein du pays pour participer à cette libération. Il s'agissait de la Bataille de France mais aussi, comme l'a souhaité le Général De Gaulle, de la Bataille de Normandie.

Avant d'entrer dans l'action même, il aura fallu des mois et des mois de manœuvre et de préparation dont l'Opération Fortitude qui aura trompé les Nazis dans leurs observations et leur espionnage. Ainsi en faisant croire, grâce à des chars gonflables par exemple, à une armée positionnée face au Nord de la France, les troupes nazies sont restées au plus proche de cette armée fantôme afin de l'affronter à la moindre attaque.  

Dans la nuit du 6 juin 1944, le Mur de l'Atlantique est bombardé par l'aviation des Alliés.
Le débarquement de soldats américains, anglais, canadiens et français peut avoir lieu. Ils débarquent sur le sol normand sous le commandement du Général Montgomery.
Les plages ont pris les dénominations Omaha, Gold, Juno, Sword et Utha. 

Le déferlement humain a pu alors avoir lieu sous les regards étonnés et les tirs des soldats allemands. L'Opération Overlord commençait son cheminement. 7 000 navires, 1 000 avions et 135 000 soldats sont tous les auteurs de cette formidable opération qu'il aura fallu orchestrer à la minute près.

3 000 soldats furent tués, ont disparu ou ont été faits prisonniers dont 2 500 à Omaha Beach. En ce jour de souvenir, je tiens à rappeler également la mort des 1 500 Britanniques et Canadiens sacrifiés lors de l'Opération Jubilée qui a consisté, bien avant le 6 juin 1944, à envoyer toutes ces troupes face aux Allemands pour tester leur capacité de réaction.

Les objectifs dès cette première journée ont presque tous été atteints grâce au soutien aérien et de l'artillerie navale. Commence alors la mise en place d'une immense machine de guerre qui conduira à la capitulation de l'Allemagne nazie.

L'armée allemande est surprise par un débarquement en Normandie, qu'elle attendait dans le Pas-de-Calais. Les Alliés peuvent alors plus facilement faire venir des centaines de régiments, dont le 1er NorthamptonShire Yeomanry.
Un pipe-line sous-marin relie l'Angleterre à la Normandie afin d'acheminer le carburant. 

Devant cette attaque, les Allemands mobilisent des troupes du front russe. Face à un ennemi affaibli, les soviétiques ne tardent pas à tirer avantage de la situation. Les Allemands persuadés d'une offensive sur le Pas-de-Calais ne modifient pas leur stratégie et y laissent leurs troupes. Cette dernière erreur permettra aux Alliés de pénétrer sur le territoire français jusqu'à Paris en août 1944 mais également le 8 août 1944 à St Aignan de Cramesnil et ce jusqu'au Rhin à la fin de l'hiver 1944. 

Véritable tournant de la seconde guerre mondiale, le débarquement de Normandie aura ainsi conduit les nazis à leur perte.

 Pouvons-nous encore, aujourd'hui, imaginer se mettre à la place d'un de ces hommes : un général, un soldat dans l'un de ces navires qui débarque, un soldat dans l'un de ces avions,un soldat dans l’un de ces chars Shermans Firefly ou Typhoon Mk qui bombarde les lignes allemandes ?
Cette ligne de combat devant nous là ou le Tiger Allemand de Wittmann fut détruit avec son équipage à 12 heures 55 minutes. Ici à Gaumesnil, le SS - Wittmann avait détruit 141 chars ennemis.

Comment trouver les ressources suffisantes pour agir avec autant de courage, de confiance et de sens du sacrifice ? 

Je crois que tant que nous ne sommes confrontés à un tel cauchemar, nous ne pouvons augurer de notre salut. Ces hommes ont été portés par la liberté. Ils ont osé mettre leur vie en péril pour sauver cette liberté qui nous permet de vivre

La volonté, le courage au combat et l'intelligence auront assaini le sol anglais qui pouvait alors devenir un terrain privilégié pour préparer une nouvelle armée à une offensive libératrice. L'opération gagnante a été d'associer à ces forces celle des Etats-Unis qui possédait alors un extraordinaire pouvoir industriel et économique.

Des personnes sont mortes au nom de la vie. Nous leur devons la mémoire. Celle de notre reconnaissance, celle de notre cœur et celle de notre humanité. Simplement pour leur dire que leur sacrifice n'est pas vain. Il a gagné la guerre. Il a gagné la paix. Il a gagné la mémoire. 

Notre devoir est d'entretenir le feu de cette mémoire auprès de nos enfants et de nos petits-enfants et que nous puissions continuer à dire « Plus jamais ça ». 

Les commémorations ne sont pas des jours dédiés à l'Histoire, elles sont dédiées au présent et à l'avenir. Parce que nous avons beaucoup à apprendre de notre passé, il doit rester dans la tête des vivants. Cette mission appartient à chacun d'entre nous. Faisons en sorte que nous puissions tous dire : le D-Day, je sais. 


40ème, 50ème, 60ème, 65ème nous nous réunissons tous à cette même date le 8 août avec une émotion toute particulière. Je vous remercie encore une fois au nom de tous ceux, familles et amis, qui ont vécu ces moments difficiles qui nous rassemblent. 

Cette journée est, en effet, précisément celle qui unit tous les cœurs de notre commune en souvenir de son histoire et c'est ainsi que nous faisons honneur à tous ceux qui ont subi cette épreuve avec courage. Les régiments  de la 1ère Division Blindée Polonaise, la 4ème Division Blindée Canadienne, les Ecossais du Black Watch, ainsi que vous messieurs les vétérans du régiment Anglais 1er Northamptonshire Yeomanry. 

Non seulement, nous avons pour beaucoup vécu ces blessures en notre sein familial et amical mais au cœur même de notre village. Il est tellement significatif d'imaginer les rues de notre commune envahies par l’ennemie, quadrillées par les chars allemands. 

Bien sûr, ce lien avec le passé continue doucement à s'amenuiser en regardant s'éteindre tous ceux qui ont connu ou qui ont des souvenirs de cette période. Nous avons donc d'autant plus le devoir de transmettre aux jeunes générations nos connaissances sur le sujet. 

Cette histoire commune qui nous solidarise est très forte parce qu'elle nous touche personnellement mais également parce qu'elle s'inscrit directement dans l'Histoire avec un grand H. 

Notre responsabilité est de faire comprendre à partir de notre expérience aux jeunes qui nous relaient ce qui est réellement arrivé dans notre village, dans notre région, en France, dans le cœur des hommes.

« Connaître le passé est une manière de s'en libérer. »

 Je crois, qu'en effet, il nous faut libérer nos enfants de cette menace qui naît de la folie des hommes et de leur ignorance. En cette journée de commémoration de la libération de notre commune, rappelons-nous, rappelons-leur afin de tous nous libérer d'un futur soumis aux horreurs. 

Maintenant pensons à cette joie de tous les habitants de notre commune qui ont en ce 8 août 1944 aperçu les premiers soldats libérateurs. Essayons de partager ce sentiment très fort qu'ils ont sans doute tous eu et profitons de cette liberté dont nous jouissons grâce à vous.

 



Merci nous n’oublierons jamais, nous ne vous oublierons jamais.
Pascal Lecoeur, Maire de Saint Aignan de Cramesnil